Record de faillites

Quelques 63.452 dfaillances d'entreprises, pour un cot financier de plus de 4,8 milliards d'euros en 2013...

Le nombre de défaillances d'entreprises progressera cette année par rapport à 2013 pour atteindre un niveau record de 70 000, selon les estimations de l'assureur-crédit Euler Hermes, rendues publiques ce mercredi, qui ne prennent pas en compte les auto-entrepreneurs. En 2013, le nombre de défaillances d'entreprises demeurait à un niveau élevé de 63 500.

En cumul sur les douze derniers mois à fin août 2010, le nombre de défaillances atteint 63.730, soit un niveau équivalent à celui de la même période à fin août 2009 (63.733), et correspond à environ 240.000 emplois. Si les défaillances ont commencé à reculer dans certains secteurs comme la construction, le commerce ou les hôtels et cafés restaurants, le mouvement est loin de compenser les hausses historiques enregistrées depuis le début de la crise, relève Euler Hermes.

En revanche, les entreprises de 10 à 50 salariés et celles dont le chiffre d'affaires est compris entre 500.000 euros et 2 millions d'euros sont les seules à enregistrer encore des hausses de défaillances sur la période. "Le redémarrage de l'activité a davantage permis d'enrayer la hausse des défaillances que d'enclencher un véritable et solide mouvement de repli de la sinistralité", a commenté Ludovic Sénécaut, président du directoire d'Euler Hermes Sfac, lors d'une conférence de presse.

"Trop fragile et modérée, la poursuite de la reprise de l'activité à l'horizon 2014 risque d'être insuffisante encore pour de nombreuses entreprises qui, malgré les sévères ajustements réalisés tout au long de la crise en matière de stocks, d'effectifs et d'implantations, auront épuisé toutes leur ressources", prévient l'assureur-crédit.

L'envolée des créations d'entreprises sur la période récente viendra aussi nourrir les statistiques de défaillance, estime Euler Hermes, les jeunes entreprises étant plus susceptibles de déposer le bilan que les plus anciennes.

Jusqu'à 30.000 entreprises sauvées

Le nombre de défaillances d'entreprises pourrait s'aggraver en cas de détérioration des conditions de financement ou d'accélération du rythme de sortie des multiples mesures de soutien aux entreprises mises en place depuis 2008 et qui ont permis à des milliers d'entreprises de traverser la crise, note Euler Hermes.

Les mesures fiscales de relance ont toutefois sauvé entre 15.000 et 30.000 entreprises en 2009 et en 2010, selon les estimations de l'assureur-crédit. Sur les 34 milliards d'euros de mesures fiscales du plan de relance hors moratoires, 16 milliards d'euros ont été comptabilisés contre 10 milliards d'euros anticipés, selon le rapport que leur a consacré la Cour des Comptes, publié en juillet.
Les PME, définies comme les entreprises de moins de 250 salariés et moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires, ont bénéficié de 40% de ces mesures, soit 6,4 milliards d'euros.
"A ces 6,4 milliards d'euros se sont ajoutés des moratoires fiscaux et sociaux estimés entre 5 et 10 milliards d'euros supplémentaires", ajoute l'assureur-crédit.
Entre 50.000 et 100.000 emplois par an en 2009 et 2010 ont probablement été préservés grâce au sauvetage de ces entreprises, selon Euler Hermes.

Source latribune.fr - 22/09/2010

Mentions lgales - Freelance internet